Diriger son entreprise et débrancher du boulot… dur dur ! Souvent, alors que je suis censée débrancher, j’ai envie de mettre la main à la patte. Dans ma tête les choses commencent à tourner à 100 à l’heure. Maintenant, je me rends rapidement compte qu’il est nécessaire de prendre du recul par rapport à ce qui se passe dans mon cerveau, respirer et m’autoriser à débrancher vraiment. Le bien-être mental est primordial pour rester inspiré(e), épanoui(e) et motivé(e).

Après plusieurs années à tester beaucoup d’idées pour me recentrer et prendre du recul sur le boulot, je partage un condensé dans lequel tu peux piocher si tu en ressens le besoin. C’est un article qui me tient particulièrement à coeur car je sais ô combien il est difficile de lâcher prise. Sache en tout cas que si tu as du mal à débrancher à l’heure actuelle, tu es humain(e) et c’est normal. Beaucoup de pression tourne autour de nous. Lis cet article jusqu’au bout, je te fais 2/3 confessions qui te feront probablement sourire.

Comprendre la mécanique en marche

Le point de départ avant de mettre en place quoique ce soit est de prendre conscience de ce qui se passe. Voici des questions à se poser, l’une après l’autre, si tu te sens incapable de vraiment débrancher du boulot :

  • Qu’est-ce que je crois devoir faire maintenant au lieu me reposer ?
  • Pourquoi dois-je faire ces choses ?
  • Si un ami était dans la même situation, qu’est ce que je lui dirais ?
  • Est-il possible d’appliquer ses mots et conseils pour moi ?

Se réconcilier avec toi-même c’est devenir ton meilleur ami et savoir te réconforter quand tu en as besoin. 🙂

Apprendre à débrancher

La pression infligée au quotidien t’empêche de débrancher du boulot et te fais beaucoup de mal. Elle grignote ton sommeil, ta créativité, ta confiance. Je ne vais pas y aller par quatre chemins… il est temps de lui dire un bon gros merde. En étant ton meilleur allié, tu as la possibilité de renverser la vapeur en changeant ta perception sur ce qui t’entoure et ce que tu fais.

Parler du problème

Quand tu as le sentiment que tu n’arrives pas à décrocher du boulot, n’hésite pas à le formuler de vive voix à un proche, ou de te tourner vers un thérapeute. C’est libérateur !

Prendre conscience de la masse de travail créée chaque jour et se féliciter

Souvent, on ne se rend pas compte de toutes les tâches accomplies. On ne voit que ce que l’on ne fait pas… par rapport aux autres. Sur quelle échelle s’appuit-on dans ce cas ? Quelle référence ? Connait-on vraiment la vie des gens avec lesquels on se compare ? Laisse la satisfaction de tout le travail accompli monter en toi, oublie les autres. Oublie Instagram ou Pinterest. Cela parait tout bête, mais ça fait un bien fou (rien qu’en l’écrivant ça me fait du bien d’ailleurs !).

Etre patient(e) !

Je crois que celui-ci j’ai encore du mal à l’appliquer, et pourtant c’est d’une importance capitale. Rien n’est instantané même si on aimerait très fort que cela soit le cas. Parfois, des choses prennent 6 mois à se mettre en place, voire plus. Tu récolteras ce que tu sèmes tôt ou tard.

Coller une citation déculpabilisante sur son frigo

Et la relire dès que nécessaire. Pense à la changer de temps à autre pour garder l’effet énergisant. C’est la piqure de rappel dont on a toujours besoin et c’est à porté de main !

Oublier un dicton bien connu

Le temps c’est de l’argent”… et bien j’ai tout bonnement envie de dire non. Cette phrase qu’on entend en permanence est un non-sens et tellement culpabilisante. Le temps, c’est du temps, pas une monnaie.

Créer un espace 100% repos chez soi

Lorsqu’on travaille chez soi, ce qui est le cas de beaucoup de graphistes indépendants, il est très difficile de séparer le pro du perso. Notre cerveau est constamment branché en mode ON. Il est facile de se sentir étouffé(e) les jours de repos et le weekend, comme si on était happé inconsciemment par le travail.

Pendant mes récentes vacances, je tournais beaucoup en rond les premiers jours, n’arrivant pas à profiter de ce temps de repos que je m’étais accordée. Mon bureau était si proche, j’avais en tête toutes les taches que je devais faire après mes vacances.

J’ai réfléchi et mis en place quelque chose qui a radicalement changé les choses : j’ai créé un espace dédié à la détente.

Comment en créer un ?
  • Ton espace de détente doit être un lieu où seul le repos et les activités que tu aimes sont autorisés : lecture, méditation, sieste…
  • Apporte lui tout le confort et le bien être nécessaire pour recharger les batteries : coussins, plaid, plantes, bougies, déco qui te plait…
  • L’espace n’a pas à être “instagramable” ou incroyable, l’essentiel est de s’y sentir bien, car il est juste pour toi.
  • C’est un work in progress permanent. Tu peux l’agrémenter au fur et à mesure de choses qui te plaisent, le changer au fil du temps.
  • Cet espace doit t’être réservé, pas de partage, c’est ton sanctuaire de détente.
  • Respire profondément, prends conscience de ton souffle, relâche la pression, ferme les yeux.

Depuis je vois cet espace comme mon refuge, un lieu pour me recentrer dans le présent, et les remous de mon mental agité disparaissent. Je me sens beaucoup plus détendue.

Créer des rituels cool

Créer des rituels dans une journée classique permet d’ancrer le repos comme une habitude à prendre. Je t’embarque dans mon quotidien pour te donner quelques exemples concrets et t’inspirer si tu le souhaites.

Papoter sur le coworking virtuel 

Le matin, avant de me mettre au boulot, je passe toujours par le coworking virtuel pour dire bonjour aux membres, rigoler un peu. Cela me permet de partir pleine d’énergie. Les jours de moins bien, je n’hésite pas à chercher du soutien et parler de ce qui ne va pas.

La méditation du dej’ 

J’ai fait entrer la méditation dans ma vie il y a 3 ans. Au début, je détestais ça. Dans ma tête c’était le chaos total. Je trouvais que cela ressemblait plus à une torture qu’autre chose et je ne comprenais vraiment pas pourquoi une amie m’avait recommandée de m’y mettre. Désormais je pratique la méditation au moment de ma pause dej pendant 10 minutes, et si cela m’est impossible à cause d’un emploi du temps chargé, je m’accorde 30 à 40 minutes le soir. C’est un moment que j’aime beaucoup.

La méditation est une pratique très personnelle et s’adapte à chacun : techniques, durée… L’essentiel est de se sentir bien.

Livres et applications sur le sujet

Méditer jour après jour de Christophe André (livre audio sur Audible)
Headspace (iOS et Android) en anglais
Mind (iOS et Android) en français
Namatata (iOS et Android) en français
Méditer avec Christophe André (iOS et Android) en français
— Mindful Attitude (iOS et Android) en français

A savoir avant de s’y mettre

Comme toute chose, la méditation n’a pas d’effet magique et immédiat. Elle demande une pratique régulière. Se reconnecter à soi prend du temps.

Clôturer la journée en dansant

Là je vais te révéler ma carte joker, mon petit truc bonheur : danser. Je ne parle pas d’un truc stylé avec des mouvements dignes d’une chorégraphie de Britney Spears, mais bien d’expression corporelle. Ce qui veut dire que ça peut ne ressembler strictement à rien ! L’essentiel pour moi est de bouger, de lâcher les tensions avec une musique qui me donne le sourire. J’aime finir une journée avec une note joyeuse, surtout si elle a été carrément pourrie.

Quelques playlists pour tout donner

Année 90’s power
Disney qui met bien (merci à Denis de graphismapp.com pour cette merveille)
Ultra oldschool

Des paillettes dans ta vie

Découvre la librairie de ressources

Droit d’auteur, trouver son client idéal…

Téléphone : less is more

Le téléphone et toutes ses applications activent souvent le mental et polluent les moments de détente. Si tu utilises Instagram, Pinterest, ou autres dans un cadre professionnel, tu as aussi besoin d’un break de ce côté là. Ces outils sont avant tout un moyen pour toi de prospecter et vendre ton travail, pas une activité pour se faire plaisir.

Mettre de côté son téléphone

Conseil simple et efficace que je pourrais bien entendu te donner, est celui d’utiliser ton téléphone le moins possible pour débrancher du digital. Généralement je le mets dans le tiroir de mon bureau et je ne le touche plus. Tu peux mettre en place des réponses automatiques sur tous tes outils de communications en fonction du moment de la semaine ou de la journée : messages privés Instagram, boites email… Cela permettra à tes correspondants de connaître ton délais de réponse ou se rappeler que les weekends et jours fériés sont des moments sacrés, et que le boulot a des limites. Pour les vacances, cela devient un indispensable à mettre en place.

Option radicale

Une option est possible si tu as envie de séparer radicalement le pro du perso : avoir deux téléphones. Sur le perso tu n’as pas email, applications réseaux sociaux et compagnie, te liant à ton activité professionnelle. Tu restes facilement joignable pour tes proches si besoin.

Les réseaux sociaux, c’est super, mais pas que !

Nous graphistes, sommes souvent sur Instagram, c’est un peu notre réseau social de prédilection. Je vais te faire une confession : s’il y a bien une chose qui me fait tout sauf du bien pendant mes moments de repos, c’est d’aller sur Instagram et voir des publications liées à mon métier, des conseils marketing, et j’en passe. Souvent, la culpabilité monte, monte, et j’en viendrais presque à prendre mon ordinateur pour me mettre au boulot.

Dring dring, sonnette d’alarme ! Les réseaux sociaux débordent de contenu et peuvent parfois donner le tournis. Le monde ne s’arrête que très rarement de tourner. Il est important de prendre du recul, souffler, et ne pas réagir face à cette sensation d’urgence. Tu restes un bon professionnel, même si tu ne bosses pas là maintenant tout de suite.

Depuis peu, j’ai découvert une nouvelle façon d’aborder Instagram. Ne voulant pas m’obliger forcément à ne plus aller dessus, j’ai appris à l’utiliser différemment.

Voici ce que j’ai fait
  • Créer un compte perso en parallèle de mon pro
  • Utiliser uniquement le compte perso pendant les moments OFF
  • Ne suivre dessus que des comptes qui cultivent mes passions : nature, design d’intérieur, food, …
  • Limiter ma consommation à 1h par jour maximum

S’organiser en amont 

Si tu souhaites partager des articles sur ton site ainsi que des publications via tes réseaux pendant les moments OFF, automatise tout avec des logiciels ou app dédiés : Hootsuite, Tailwind, Facebook Creator

Ne pas laisser trainer ses affaires de boulot

Quelques soient tes outils de travail, faire un rangement en fin de semaine ou avant ses vacances est une nécessité. Cela va libérer ton cerveau, et éviter de déclencher des rappels visuels pendant tes moments de repos.

Si tu n’as pas encore de bureau dédié, ou un espace de travail, utilise une grosse boite dans laquelle tu mets toutes tes affaires en rapport avec le boulot. Tu les ranges dans un placard, et hop adieu.

Si tu as un ordinateur fixe, recouvre-le d’un textile, pour ne plus l’avoir sous les yeux en permanence.

Déconnecter avec l'ASMR

J’ai découvert tout récemment les plaisirs de l’ASMR pour se déconnecter du boulot et revenir au moment présent. J’étais un peu sceptique au départ. En explorant et testant, j’ai fini par trouver des choses très chouettes sur le net. Ferme les yeux et laisse toi embarquer. Effet apaisant garanti !

Quelques favoris que je recommande

Afternoon tea
Lectures ASMR
Balades dans jardins botaniques avec Sarah Rayne Oakes (mon favoris)
Conversations avec BehindTheMoon

Se former maintenant

Au droit d’auteur

Lassé(e) de ne pas comprendre concrètement comment utiliser le droit d’auteur ? Je te propose une formation complète étudiée pour les graphistes indépendants : exemples du quotidien de graphiste indépendant, templates simplifiés de contrats, vidéos pour t’accompagner pas à pas dans ton apprentissage, un livret avec des méthodes pour calculer le prix de tes droits en fonction des projets…

Tu peux faire cette formation à ton rythme, où tu veux et quand tu veux. Le bonus ? Tu as accès aux mises à jour à vie, le tout gratuitement.

Je me lance !